Mortalité par cancer chez des travailleurs masculins et féminins exposés professionnellement au plomb inorganique dans l’imprimerie

Cancer mortality among female and male workers occupationally exposed to inorganic lead in the printing industry S. Ilychova, D. Zaridze Occupational and Environmental Medicine, 2012, vol 69, n°2, pages 87-92. Bibliographie.

L’évaluation de la cancérogénicité du plomb chez les humains a été tout d’abord basée sur les résultats d’enquêtes portant sur des hommes exposés professionnellement, alors que des différences selon le genre ont été signalées pour le métabolisme du plomb. De plus, la plupart des études antérieures ont été limitées par un manque d’identification et de contrôle des co-expositions à d’autres cancérogènes professionnels connus. La présente enquête russe suit une cohorte de travailleurs de l’industrie, principalement des femmes, ayant une exposition modérée au plomb et aucune autre exposition professionnelle avec d’autres facteurs de confusion.

Des travailleurs, employés au moins 2 ans entre 1950 et 1978 à la composition manuelle et mécanique (linotypie) composition et fonderie dans 27 imprimeries de Moscou, ont été inclus dans la cohorte, qui comprenait 1 423 hommes et 3 102 femmes. La cohorte a été suivie de 1979 à 2003 ce qui constitue 93 682 personnes-années d’observation. Le suivi a été complet pour 97,7 % de l’échantillon. Les ratios de mortalité standardisée (SMRs) et l’intervalle de confiance à 95 % (IC 95 %), basés sur les taux de mortalité de la population générale moscovite et ajustés pour le genre, l’âge et le temps calendaire, ont été calculés aussi bien pour l’ensemble de la cohorte que pour des sous-groupes stratifiés selon différents paramètres d’exposition. Chez les femmes, la mortalité de toutes causes, d’affections circulatoires et de cancers combinés était inférieure à celle de la population générale de Moscou et était semblable dans tous les groupes de travailleurs. Chez les hommes, il y avait un excès de mortalité globale, principalement dû à une augmentation de la mortalité par ischémie cardiaque. Pour les deux sexes, aucun excès significatif de risque pour une quelconque localisation de cancer n’a été observé, bien que quelques modèles dose-réponse aient été trouvés. Dans l’ensemble de la cohorte, la mortalité par cancer du rein et du pancréas augmentait jusqu’à 2 fois plus dans le tertile le plus élevé d’exposition cumulée au plomb basée sur la durée et un classement relatif des trois sous-groupes respectivement (9 décès ; SMR = 2,12 ; IC 95 % 1,10 à 4,07) et (18 décès ; SMR = 2,32 ; IC 95 % 1,46 à 3,68). Des tendances de mortalité similaire pour ces deux cancers ont été trouvées dans les analyses selon le genre. En conclusion, la solidité par sexe et niveau d’exposition constitue une forte présomption de lien entre l’exposition au plomb inorganique et les cancers du rein et du pancréas.

(publié le 7 juin 2012)