Niveaux d’exposition aux fibres réglementées dans des chantiers d’élimination de matériaux contenant de l’amiante dans des structures compactes et friables
Livelli di esposizione a fibre regolamentate in cantieri di bonifica di materiali contenenti amianto in matrice compatta e friabile

G. Miscetti, P. Bodo, P. Garofani, E.P. Abbritti, A. Lunare La Medicina del Lavoro, 2014, vol. 105, n°1, pages 63-73. Bibliographie.

A partir d’un projet destiné à évaluer le risque cancérogène dans certains secteurs industriels couverts par l’Autorité Sanitaire Locale n°1 (ASL) de Pérouge (Unité Sanitaire Locale Ombrie 1, équivalent italien de nos CARSAT), les lieux de travail pour l’élimination de matériaux contenant de l’amiante (MCA) ont été examinés de façon à estimer les niveaux d’exposition aux fibres respirables des travailleurs. Le désamiantage est, bien sûr, un secteur à développement rapide, mais il n’est pas exempt de risques asbestosiques à long terme, en particulier pour les risques cancérogènes. Ce genre de travail requiert donc un effort maximum dans le respect des standards de prévention prescrits par la législation relative à ce risque. L’objectif de cette recherche était de définir les niveaux d’exposition personnels aux fibres respirables et de créer une base de données digne de confiance pour l’interprétation des cas possibles de cancers liés à l’amiante qui peuvent survenir dans le futur chez les travailleurs de cet important secteur professionnel. Les auteurs italiens ont pris en considération les opérations à la fois sur les MCA compacts et les MCA friables. Dans le cas des MCA compacts, les valeurs d’exposition mesurées par l’ASL via leurs propres échantillons ont été comparées à celles mesurées par les entreprises concernées par le projet. Dans le cas des MCA friables, cependant, l’échantillonnage n’a été réalisé que par l’ASL et l’évaluation couvrait non seulement les niveaux d’exposition des travailleurs mais aussi les niveaux d’exposition environnementale dans les zones proches du lieu de travail. Dans le cas des MCA compacts, les résultats ont montré des valeurs moyennes modérées d’exposition personnelle aux fibres, et toujours considérablement plus basses que les valeurs limites (100 fibres/litre) prescrites par la loi italienne ; toutefois, les valeurs moyennes détectées par l’ASL (15,8 fibres/litre) étaient significativement supérieures (p <0,001) à celles détectées par les entreprises (4,9 fibres/litre). Dans le cas des MCA friables, cependant, les valeurs moyennes d’exposition personnelle (106,8 fibres/litre) étaient toujours plus élevées que les valeurs limites prescrites par les réglementations actuelles, tandis que dans les zones proches des lieux de travail, les niveaux moyens de pollution par fibre (1,04 fibres/litre) étaient toujours très bas et sans variations significatives (p >0,05) au cours des différentes phases de travail.

En conclusion, selon les auteurs, les données recueillies montrent comment dans les opérations de désamiantage un risque cancérogène à long terme est présent dans tous les cas , et ceci à la fois pour le travail sur les MCA compacts, où toutes les mesures de prévention n’étaient pas strictement observées, et même davantage ainsi, dans le travail sur les MCA friables, où les niveaux d’exposition moyens des travailleurs ont montré une tendance marquée à dépasser les valeurs limites mentionnées plus haut. En considérant l’évolution différente des résultats de l’échantillonnage effectué par l’ASL et par les entreprises, les auteurs mettent aussi en lumière la nécessité de fournir des règles techniques obligatoires pour les laboratoires d’hygiène industrielle afin que les méthodes d’échantillonnages et d’analyses soient aussi homogènes que possible, pour rendre les résultats de recherche facilement comparables.

(publié le 16 juin 2014)