Panorama des expositions professionnelles à des composés organiques volatils entre 2003 et 2010

N. Bertrand, F. Clerc Hygiène et sécurité du travail, 2011, n°225, pp. 31-44. Bibliographie
Cet article présente les données d’exposition des composés organiques volatils (COV) faisant l’objet d’une valeur limite d’exposition à long terme (VLEP 8h) qui ont été les plus fréquemment mesurés entre 2003 et 2012 dans le milieu professionnel. Ces données sont archivées dans la base COLCHIC (créée en 1987 et regroupant l’ensemble des mesures d’exposition par prélèvement et analyse des atmosphères de travail effectuées par les huit Laboratoires inter-régionaux de chimie (LIC) des CARSAT/CRAM et des laboratoires spécialisés de l’INRS).
La première partie de cet article présente la méthodologie et les résultats obtenus pour les neuf COV cancérogènes mutagènes reprotoxiques (CMR) qui ont fait l’objet du plus grand nombre de mesures parmi les CMR. Il s’agit du toluène, du styrène, du formaldéhyde, de l’éthylbenzène, du dichlorométhane, du n-hexane, du tétrachloroéthylène, du trichloréthylène et du benzène.
La tendance générale est à une diminution des expositions pour sept des neuf substances étudiées. Seul le toluène fait figure d’exception et voit ses concentrations augmenter dans les atmosphères de travail. Le risque est maîtrisé pour l’éthylbenzène et le n-hexane qui voient leur concentration dans l’air rester inférieure à 10% de la VLEP.
Une seconde partie présente dix autres COV faisant l’objet d’une VLEP sans être classés CMR mais identifiés selon un découpage des données par scénario d’exposition. C’est ainsi que 17 tableaux abordent successivement des secteurs différents : bois et ameublement, imprimerie, laboratoires, second œuvre, agroalimentaire, construction et réparation mécanique, santé, pressing et nettoyage à sec, industrie du papier, nettoyage, construction et réparation mécanique (deux tableaux ) , maintenance mécanique, logistique et manutention, chimie, traitement de surface et BTP.
Cette démarche permet de mettre en exergue les spécificités des différents contextes professionnels et de comparer les scénarios entre eux pour déceler les activités ou les secteurs d’activité les plus exposants à un agent chimique donné.
(publié le 12 avril 2012)