Profession et exposition professionnelle aux produits chimiques perturbateurs endocriniens chez les hommes atteints de cancer du sein : une enquête cas-témoin en Europe.

Occupation and occupational exposure to endocrine disrupting chemicals in male breast cancer : a cas-control study in Europe S Villeneuve, D Cyr, E Lynge, L Orsi, S Sabroe, F Merletti, G Gorini, M Morales-Suarez-Varela, W Ahrens, C Baumgardt-Elms, L Kaerlev, M Eriksson, L Hardell, J Févotte, P Guénel Occupational and Environmental Medicine, 2010, vol 67, n° 12, pages 837-844. Bibliographie.

Le cancer du sein masculin est une affection rare dont l’étiologie est pratiquement inconnue. En plus des facteurs de risque génétiques et hormono-dépendants, un grand nombre de substances chimiques environnementales sont soupçonnées de jouer un rôle dans le cancer du sein. L’identification de métiers ou d’expositions professionnelles associés avec une augmentation de l’incidence du cancer du sein chez des hommes peut aider à identifier des cancérogènes mammaires dans l’environnement.

Des facteurs de risque professionnel du cancer du sein masculin ont été explorés dans le cadre d’une enquête cas-témoin multicentrique menée dans huit pays européens qui a inclus 104 cas et 1901 témoins. L’histoire professionnelle au cours de la vie entière a été obtenue au cours d’entretien avec chaque personne. Les expositions professionnelles à des produits chimiques perturbateurs hormonaux (composés alkylphénoliques, phtalates, polychlorobiphényles et dioxines) ont été évaluées au cas par cas en recourant à un avis d’expert.

L’incidence du cancer du sein masculin était particulièrement augmentée chez les mécaniciens automobiles (OR = 2,1 ; IC 95% 1,0 à 4,4) avec une relation dose-effet en rapport avec la durée de l’emploi. Elle était aussi augmentée chez les fabricants de papier et les peintres, les forestiers et les exploitants du bois, les travailleurs sociaux et du milieu de soins, et chez les travailleurs de l’industrie de l’ameublement. L’odd ratio (OR) pour l’exposition aux composés alkylphénoliques au-dessus de la médiane était de 3,8 (IC 95% 1,5 à 9,5). Cette association persistait après ajustement pour les expositions professionnelles à d’autres œstrogènes environnementaux.

En conclusion, ces résultats suggèrent que certains produits chimiques environnementaux sont des cancérogènes mammaires potentiels. Le pétrole, les solvants organiques pétroliers ou les hydrocarbures aromatiques polycycliques sont suspects en raison du risque élevé de cancer du sein masculin observé chez les mécaniciens automobiles. Des perturbateurs endocriniens tels que les composés alkylphénoliques peuvent jouer un rôle dans le cancer du sein masculin.

(publié le 6 juin 2011)