Résultats de la surveillance du phosgène dans les industries des Etats-Unis : le registre Diller

Results from the US industry-Wide Phosgene surveillance : the Diller registry J Collins, D Molenaar, L Bowler, T Harbourt, M Carson, B Avashia, T Calhoun, C Vitrano, P Ameis, R Chalfant, P Howard Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2011, vol 53, n°3, pages 239-244. Bibliographie.

En 2004, le Conseil d’experts sur le phosgène de l’Industrie Chimique Américaine a établi un registre d’exposition au phosgène chez les producteurs de phosgène des Etats-Unis avec pour premier objectif de surveiller les informations concernant les effets du phosgène sur la santé des travailleurs ayant eu des expositions aiguës. Ce registre a été appelé registre Diller, en hommage au Docteur Werner F Diller, médecin du travail de Bayer AG et pionnier de cette surveillance en Allemagne depuis le début des années 1980.

Les auteurs ont examiné les symptômes de 338 travailleurs ayant eu une exposition au phosgène. Le niveau moyen des expositions était de 8,3 ppm-minutes allant jusqu’à un maximum de 159 ppm-minutes avec la plupart des expositions au-dessous de 10 ppm-minutes. Les auteurs ont trouvé que le niveau d’exposition au phosgène en ppm-minutes était lié aux travailleurs signalant le plus souvent des symptômes d’irritation du nez, de la gorge et des yeux dans les 48 heures suivant l’exposition. Toutefois, ils n’ont trouvé aucune relation entre l’exposition au phosgène et la présence de symptômes 30 jours après l’exposition.

En conclusion, ces résultats donnent foi à la théorie selon laquelle des effets respiratoires prolongés ne surviennent pas avec des doses inférieures à 150 ppm-minutes.

(publié le 26 octobre 2011)