Sélénium et ses composés

P. Hoet Encyclopédie Médico-Chirurgicale, EMC, Pathologie professionnelle et de l’environnement, Elsevier masson SAS, Issy-les-Moulineaux, 2013, vol.8, 16-002-S-10, 10 pages
Le sélénium (Se) est un métalloïde assez largement répandu dans la nature mais en quantité relativement faible. L’exposition de la population se fait majoritairement par l’alimentation et l’apport journalier est d’environ 40-55 µg. Le Se est essentiel pour la majorité des espèces y compris l’homme et intervient notamment dans la défense cellulaire contre le stress oxydatif et dans le métabolisme des hormones thyroïdiennes.
Une consommation quotidienne inférieure à 70 µg est susceptible d’entraîner un déficit en Se mais le seuil de toxicité pourrait être de 700 µg/j et des séries d’intoxications ont été décrites suite à des erreurs de dosage dans les formules des compléments alimentaires.
Des intoxications chroniques (sélénose) ont été décrites dans certaines régions où le sol est particulièrement riche en Se, se manifestant par alopécie, troubles trophiques des ongles, atteintes cutanées, décoloration des dents, caries dentaires, odeur alliacée de l’haleine, de la sueur et des urines, fatigue, troubles digestifs avec nausées et vomissements, perte de poids, perte des dents, troubles neurologiques centraux et périphériques.
Les secteurs d’utilisation du Se sont divers et les principaux sont l’industrie électrique et électronique, l’industrie métallurgique, l’industrie chimique, l’industrie du verre, l’industrie du caoutchouc, le secteur agricole, le secteur (para) pharmaceutique.
Des intoxications professionnelles peuvent faire suite à une inhalation massive de gaz, vapeurs ou de poussières ou à une projection sur la peau et les manifestations résultent de l’action irritante, voire corrosive sur les voies respiratoires, la peau et les yeux de certains composés. Outre les signes d’irritation nasale et pulmonaire, l’inhalation chronique est responsable de symptômes généraux et digestifs.
Le Se est aussi un allergisant cutané capable de déclencher une réaction allergique rosacée des paupières.
L’augmentation de la consommation de sélénium par la population générale ces dernières années (sous prétexte d’un rôle protecteur contre le risque de cancers) est inquiétante car le Se semblerait toxique à des concentrations à peine plus élevées que celles qui en font un oligoélément essentiel. L’hypothèse a été émise que seuls les sujets déficients en Se pourraient bénéficier d’une supplémentation, qui au contraire, pourrait s’avérer délétère chez les sujets non déficients.
(publié le 29 août 2013)