Cancer du sein post-ménopausique et exposition professionnelle à des produits chimiques
Postmenopausal breast cancer and occupational exposure to chemicals

C. Videnros, J. Selander, P. Wiebert, M. Albin, N. Plato, S. Borgquist, J. Manjer, P. Gustavsson Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2019, vol 45, n°6, pp.642-650. Bibliographie.

Cette étude suédoise détermine si l’exposition à des produits chimiques sur le lieu de travail est associée à une augmentation du risque du cancer du sein post-ménopausique. L’étude comprend des femmes nées entre 1923 et 1950 vivant à Malmö en Suède entre 1991 et 1998, qui ont été incluses dans une étude de cohorte prospective. L’exposition professionnelle à divers produits chimiques a été évaluée à partir de matrices emploi-exposition. Un ensemble complet de données individuelles sur les facteurs de risque du cancer du sein hormonal a été collecté au moyen d’un questionnaire et utilisé pour le contrôle des facteurs de confusion. Les premiers diagnostics de cancer invasif du sein ont été repérés par le registre du cancer suédois jusqu’à la fin du suivi le 31 décembre 2013.

Sur 16 084 femmes, 1 011 ont eu un cancer du sein. Les femmes exposées à des produits chimiques dans leur milieu professionnel présentaient une augmentation statistiquement significative du risque de cancer du sein (OR ajusté = 1,26 ; IC 95 % de 1, 02 à 1, 54) ; et le risque était corrélé avec la durée d’exposition. L’étude des risques en association avec certains produits chimiques spécifiques a révélé un risque élevé mais non statistiquement significatif après une exposition à des solvants organiques. Plus de 10 ans d’exposition aux gaz d’échappement de moteur diesel était associé à un risque augmenté (OR ajusté = 1,69 ; IC 95 % de 1,01 à 2,82).
Les expositions professionnelles aux produits chimiques représentaient 2 % des cas de cancer du sein dans cette population.

L’exposition professionnelle aux produits chimiques était associée à un risque élevé de cancer du sein. Une légère augmentation du risque a été observée après une exposition à des solvants organiques. Une augmentation de risque statistiquement significative après 10 ans d’exposition aux gaz d’échappement de moteur diesel a été une découverte inattendue.

(publié le 17 avril 2020)