Compostage et méthanisation des déchets : une polyexposition à prendre en compte

P. Duquenne, P. Dirrenberger Hygiène et Sécurité du travail, 2020, n°261, pp. 51-60. Bibliographie
"Le compostage est un procédé de dégradation de la matière organique contenu dans les déchets biodégradables sous l’action de micro-organismes aérobies".
Les déchets traités incluent des déchets verts, les boues de stations d’épuration des eaux urbaines ou provenant des industries, les biodéchets et les ordures ménagères résiduelles.
Les émissions gazeuses ou particulaires à l’origine de pollutions de l’ambiance de travail sont multiples, aggravées par le fonctionnement des engins motorisés évoluant sur les sites et plus de 70 composés organiques volatils (COV) ont été identifiés dans ces lieux. Les molécules prépondérantes sont le trichlorofluorométhane, les BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes) et l’ammoniac compte parmi les polluants les plus problématiques.
Les émissions particulaires se produisent préférentiellement lors des opérations mécaniques (broyage, retournement des matières, déplacement du compost à l’aide de chargeuses, nettoyage). Les concentrations ambiantes sont variables, fonction des procédés utilisés, des opérations effectuées, des matières traitées, des conditions climatiques et de l’intensité de l’activité sur le site. Il peut s’agir de certains métaux, de micro-organismes, de moisissures, de bactéries, d’endotoxines, de mycotoxines.
Très peu d’études ont abordé l’exposition des travailleurs concernés sous l’angle de la poly-exposition chimique et microbiologique et les effets de ces expositions multiples ne sont pas totalement élucidés. Un groupe de travail (incluant experts et professionnels) est à l’œuvre pour analyser la multiplicité des risques liés à cette situation.
(publié le 22 avril 2021)