Exposition professionnelle des femmes aux hydrocarbures aromatiques polycycliques et risque de cancer du sein
Women’s occupational exposure to polycyclic aromatic hydrocardons and risk of breast cancer

D. Lee, I. Burstyn, A. Lai, A. Grundy, M. Friesen, K. Aronson, J. Spinelli Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2019, vol 76, n°1, pp. 22-29. Bibliographie.

Cette étude canadienne s’intéresse à l’estimation de l’association entre l’exposition professionnelle aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et cancer du sein chez les femmes.

Le curriculum laboris de 1 130 cas et 1 169 témoins-contrôles dans les états de Colombie Britannique et Ontario (Canada) a été recueilli et plus particulièrement l’exposition aux HAP a été évaluée à l’aide d’une matrice emploi-exposition basée sur des résultats métrologiques obtenus à l’occasion de visites d’inspection de santé de sécurité sur le lieu de travail.

L’exposition à n’importe lequel des niveaux d’exposition aux HAP est associée à un risque accru de cancer du sein (OR = 1,32 ; IC 95 % de 1,10 à 1,59), de même que la durée d’exposition à un haut niveau (plus de 7,4 ans, OR = 1,45 ; IC 95 % de 1,10 à 1,91 ; p = 0,01), comparée aux femmes qui n’ont jamais été exposées.

Le risque augmenté de cancer du sein était associé le plus fortement avec une durée prolongée d’exposition professionnelle chez les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein (pour plus de 7,4 ans d’exposition : OR = 2,79 ; IC 95 % de 1,25 à 6,24 ; p< 0,01).

Cette étude suggère qu’une exposition prolongée aux HAP peut augmenter le risque de cancer du sein, en particulier chez les femmes ayant des antécédents familiaux de cancer du sein.

(publié le 30 septembre 2019)