Huiles de décoffrage et prévention des risques professionnels dans le BTP : où en sommes nous ?

C. Hédouin-Langlet, M. Loizeau, F. Brochet, R. Thiery Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2017, vol.78, n° 4, pp. 311-323. Bibliographie

Dans le cadre du plan régional santé au travail 2011-2014, une étude a été menée sur les produits de décoffrage utilisés sur les chantiers lors du coulage des voiles de béton, afin de faire un état des lieux des produits utilisés, d’évaluer leur conformité avec les fiches de données de sécurité et de proposer des recommandations préventives.
Deux campagnes de prélèvement ont été réalisées en 2009 et en 2013 complétées par des prélèvements ponctuels en 2015. Lors de la première campagne, 42% des échantillons étaient à base végétale, 19% étaient des huiles de synthèse contenant généralement des produits issus du raffinage du pétrole et 39% contenaient des huiles minérales avec une faible proportion d’hydrocarbures aromatiques et des solvants.
20% de ces huiles minérales étaient des huiles recyclées.

La deuxième campagne a permis de mettre en évidence une nette augmentation de l’utilisation des huiles à base végétale (80%) aux dépens des huiles de synthèse (5%) et des huiles minérales solvantées (10%) et de confirmer la faible utilisation des émulsions végétales (5%). En parallèle, une diminution de la concentration en benzo[a]pyrène a été observée. De nombreuses huiles à base végétale contiennent des solvants pétroliers en quantité importante. Par contre, il existe des huiles à base végétale sans additif allergisant qu’il conviendra de privilégier.
Les préconisations sont la substitution des huiles les plus dangereuses par des produits moins nocifs, la limitation de la formation des aérosols et le port d’équipements individuels de protection (combinaisons jetables, lunettes de protection ou écran facial, gants à manchette résistants aux solvants, protection respiratoire FFP2 voire masque à cartouche en cas de pulvérisation de l’huile).

(publié le 15 décembre 2017)