Les retardateurs de flamme dans les filières de traitement des DEEE

M. Leclerc, F. Zimmermann, E. Silvente Hygiène et Sécurité du travail, 2020, n°261, pp. 34-41. Bibliographie

La gestion des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) expose non seulement à des niveaux importants en métaux, mais aussi à des retardateurs de flamme (RF).
Ces RF sont des substances chimiques incorporées jusqu’à 30% dans les polymères des produits et sont libérés dans l’environnement lors du démantèlement.
L’homme se contamine essentiellement par inhalation ou ingestion de poussières ou d’aliments contaminés, et plus rarement par pénétration à travers la peau.
Selon les différents familles de RF, les effets sont neurotoxiques, hépatotoxiques, cancérogènes, reprotoxiques. Certains RF se comportent en perturbateurs endocriniens ou ont un impact sur le métabolisme, notamment sur la prise alimentaire (favorisant l’obésité).

Les méthodes d’analyse passent par des techniques de chromatographie en phase gazeuse, couplées à la détection par spectrométrie de masse.

Une campagne exploratoire de mesure a été réalisée sur un site de traitement de plastiques issus de petits appareils, révélant la présence d’une cinquantaine de molécules dont de nombreux RF bromés, phosphorés ou chlorés.
"La multiplicité des sources de pollution et la complexité de la répartition de ces composants implique la nécessité d’identifier les sources et de comprendre comment les RF sont émis afin de proposer des solutions de prévention".

(publié le 9 avril 2021)