Ototoxicité des métaux

L. Coates-Verley, L. Wathier, P. Pouyatos Références en Santé au Travail, 2021, n°165, pp. 13-31. Bibliographie et Annexes
Cet article propose une synthèse des avis d’experts émis, dont les dernières versions datent de 2009 à propos de l’otoxicité des métaux, renforcée par une analyse des données publiées ultérieurement, dans l’objectif d’établir une classification actualisée de leur potentiel ototoxique, c’est à dire susceptible d’induire une toxicité sur les fonctions et/ou les structures de l’oreille interne.
Huit métaux sont identifiés.
Le potentiel ototoxique est jugé avéré pour le plomb, le mercure, l’arsenic, possible pour le cadmium, le manganèse, le dioxyde de germanium, le cobalt et le triméthylétain.
Un mécanisme toxique commun impliquant un stress oxydant semble se dégager avec une atteinte neurologique de l’oreille interne (fibres du nerf auditif et neurones du ganglion spiral), mais aussi des effets sur les cellules sensorielles.
Cependant des études complémentaires sont nécessaires pour préciser les mécanismes d’action et les niveaux d’exposition à partir desquels les effets apparaissent chez l’homme.
"Les coexpositions métal/métal ou métal/bruit sont complexes à appréhender compte tenu du peu d’études publiées sur ces sujets. Il ressort néanmoins la possibilité d’une interaction a fortiori lorsque les mécanismes d’action sont semblables ou lorsqu’il s’agit de métaux aux effets cumulatifs "
La connaissance du potentiel ototoxique est indispensable au préventeur afin d’identifier les situations de travail à risque.
Concrètement, il convient d’éviter ou de limiter l’exposition à ces métaux et aux autres facteurs néfastes pour l’oreille interne comme le bruit.
Les personnes exposées seront informées du risque pour leur oreille, mais aussi du risque d’interaction y compris avec des facteurs non professionnels comme les médicaments ototoxiques.
Les professionnels de la santé au travail rechercheront les signes précoces d’atteinte de l’audition et de l’équilibre. Des examens complémentaires seront diligentés autant que nécessaires.
(publié le 1er juin 2021)