Toxicité des éthers de glycol

R. Garnier Encyclopédie Médico-Chirurgicale, EMC, Elsevier Masson SAS, Issy-les-Moulineaux, Pathologie professionnelle et de l’environnement, 2021, vol.40, n°1, 16-047-D-10, 17 pp.

Les éthers de glycol sont de bons solvants de la plupart des résines naturelles et artificielles. Ils sont miscibles à l’eau et à la plupart des solvants organiques, mais aussi peu inflammables et biodégradables ; ce qui explique leurs multiples usages. Ils sont principalement utilisés dans les peintures, les vernis, les encres, les produits de nettoyage, les pesticides, les cosmétiques, les médicaments, les fluides de coupe ...

Ils sont facilement absorbés dans l’organisme et le passage transcutané est la voie d’entrée prédominante. Ils sont ensuite rapidement distribués dans les tissus richement vascularisés et dans les graisses. Ils passent librement la barrière placentaire. Leur métabolisme est rapide.

Ils sont non irritants pour la peau et peu irritants pour les yeux. Les cas d’urticaire et de dermatite de contact sont rares.
L’exposition répétée à des éthers de glycol produit des effets neurotoxiques centraux, en particuliers cognitifs et des effets hématologiques : toxicité pour la moelle osseuse, pour les organes lymphoïdes et hémolyse.
Certains éthers de glycol ont une toxicité testiculaire et sur la fertilité masculine. L’impact est moindre sur les ovaires et sur la fertilité féminine ; mais des excès de risque d’avortement ont été notifiés lors d’exposition pendant la grossesse à des éthers monoalkylés à chaine courte, essentiellement l’EGE, l’EGME et leurs acétates.
l’Agence européenne des produits chimiques n’a classé aucun éther de glycol dans l’une des trois catégories d’agents cancérogènes. Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) n’a évalué que deux éthers de glycol, l’EGBE et le DPGtBE qu’il a classé dans le groupe 3 (cancérogénicité non évaluable pour l’espèce humaine).

La prévention des risques professionnels repose sur la protection collective : substitution des éthers de glycol les plus toxiques et réalisation des opérations en circuit fermé, surveillance des concentrations atmosphériques.
A défaut, la protection individuelle sera mise en place : gants (préférentiellement en caoutchouc butyle), protection respiratoire à cartouche filtrante.
La surveillance des travailleurs exposés sera essentiellement clinique.
Les femmes enceintes seront exclues des postes où sont manipulés les produits classés en catégories 1A et 1B.

Deux tableaux de maladies professionnelles prévoient l’indemnisation des pathologies liées à l’exposition aux éthers de glycol (Tableaux n°48 du régime agricole et n°84 du régime général).

(publié le 9 avril 2021)